14 novembre 2010

Desperate Housewives [7X07]

A Humiliating Business

cccc

Copie_de_Copie_de_Copie_de_EFSZ Copie_de_Copie_de_EFSZ


Je n'ai pas passé un moment désagréable et c'est pour cette raison que j'ai mis 3 étoiles à un épisode qui ne les vaut pas plus que ça. Précédemment, j'avais un penchant pour les histoires de Susan & Gaby, la saison 7 de Desperate Housewives étant inégale, mon penchant va vers Bree & Paul cette fois-ci. Bree hérite toutefois encore d'une histoire légère plutôt à but humoristique (et même romantique par moment) puisque madame s'aperçoit que sa ménopause débute (un problème encore et toujours d'actualité pour tout femme approchant des 50 ans) j'ai trouvé ça bien que la série aborde le problème même si c'était assez léger et plutôt prétexte à une séquence de présentation aux parents, comique. C'était évidemment amusant de voir Bree se faire présenter à ses beaux-parents (ce n'est pas d'ailleurs un peu tôt pour ça ?) qui ont son âge. Remontons un peu le temps, et pensons à le Bree Van De Kamp de la saison 1 avec son panier de muffin et ses cheveux bien coiffés (et rebiquants), imaginions nous à cette époque, qu'elle deviendrai une cougar jouant au roller et se cassant la figure sur de la pelouse ? (une séquence assez drôle, au passage). Dans un sens cette métamorphose est intéressante, dans un autre, je me dis que cette ancienne Bree avait plus de piquant, elle était tout de même plus intéressante et se récoltait de bien meilleure intrigue. Et là, ma critique part en live, et dans une certaine nostalgie pesante, je rectifie donc le tir (et je m'en excuse). Je n'ai pas été entièrement hermétique à cette intrigue, qui évoque également le thème de la maternité à la ménopause, quand on sort avec un homme plus jeune. Le fait que Bree ne puisse et ne veuille plus avoir d'enfants et le fait que Keith n'attend que ça, les séparera un jour ou l'autre (un couple déjà tué dans l'œuf en somme) à moins que l'un des deux fasse des concessions et ça, ce n'est jamais bon. Personnellement, suivre ce genre d'histoire me renvoi à d'autres déjà vues. Le cas de Paul me parait plus intéressant, sa femme, Beth est plus maligne qu'elle le laissait penser à la base et j'apprécie beaucoup ce fait, sa façon d'obtenir des infos sur Paul en fait une sérieuse rivale pour ce dernier malgré un faux suspense (l'identité de sa mère), l'intrigue remonte dans mon estime. Le plan de Paul m'a l'air finalement un peu plus complexe que ce que la série le laissait présager, j'espère que cela se confirmera par la suite.

La seule chose qui m'a plut dans l'histoire de Gabrielle est l'apparition plus permanente de Bob & Lee, les deux homosexuels de la série. Contre toute attente, Bob se rapproche de Carlos, ce qui fait peur à Lee puis à Gabrielle. Cela me parait ridicule de soupçonner Carlos de développer des sentiments envers un autre homme (surtout dans la crise familiale qu'il est censé surmonter, censé) alors qu'il est marié avec sa femme depuis des années et qu'on le sait, il l'aime. Là, encore, on essaye de nous faire marrer, c'est là, le but premier. C'est à moitié réussi puisque Lee me fait encore et toujours rire par ses manières (même assez stéréotypées parfois) sa façon de décrire la tactique de drague de Bob m'a bien plu et son duo avec Gabrielle marche bien. Lynette hérite encore une fois de la partie la moins intéressante de l'épisode. Par conséquent, elle entraine également Susan & Renée. Susan se retrouve nounou de Paige (suite à un quiproquo très peinant, je vous l'accorde), on insiste sur le fait qu'elle soit de plus en plus pauvre (la scène à la caisse du supermarché m'a beaucoup plu, Susan ne change pas, elle aime faire des scandales quand ça lui prend mais celui-ci m'a parut justifié, la caissière avait bien l'air idiote.) Renée, elle, me parait toujours aussi peu utile, elle ne fait pas spécialement rire en jouant à Edie avec quelques vannes méchantes (qui, on le sait, cache une certaine affection envers ses nouvelles voisines). Nicolette Sheridan avait bien plus de mordant que la pauvre Vanessa Williams. Son personnage, contrairement à Edie, n'a pas vraiment de capital sympathie malgré sa vacherie.


Copie_de_EFSZ vh



Conclusion : Mieux sans être inoubliable

 

Posté par w0wstella à 03:17 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


Commentaires sur Desperate Housewives [7X07]

Nouveau commentaire