Everything's Different, Nothing's Changed

cccc

fyi_ftdf


Cet épisode de Desperate Housewives est un des ''bons'' ... de la saison 7. Il met fin aux intrigues moyennes et reforme les storylines de personnages qui n'en ont plus. Ainsi, Susan échoppe enfin d'un rein à la fin des 42 minutes. C'était prévisible mais néamnoins le chemin parcouru pour en arriver ici est assez divertissant. Je parle, bien entendu, de cet épisode uniquement. Le barage mis par Paul était entièrement justifié, pour moi, il avait raison sur toute la ligne (ou presque), je regrette qu'il soit passé pour le méchant mais il faut reconnaitre que ses arguments étaient en béton. Enfin, on en termine avec la réconciliation qu'on attendait pas, avec Susan. Susan, qui d'ailleurs, passe pas mal de temps à faire ces calins dans ce dix-septième épisode. J'ai trouvé la storyline assez attendu et faussement ''angoissante''. Sa fin est une bonne chose. Bree, elle s'est débarassée de son boyfriend inutile, et tente de revenir aux sources : Sa relation tumultueuse avec son fils. C'était un des points forts de son personnage, dans le passé. Je trouve ça bien de retenter le coup, on retrouve cet humour potache qui les caractérisait fordimablement bien. Seulement, il est clair que ce n'est plus très frais ... A voir. Le parallèle entre l'alcoolisme de Bree et celui, plus récent, d'Andrew peut être intéressant. Lynette, elle, n'évolue franchement pas, on assiste (encore et encore) au même shéma narratif dès qu'une storyline la lie avec son Tom. Ce n'est pas désagréable - juste répétitif. Ce qui me fait également me répeter dans mes Rewiews, et c'est bien dommage. On a déjà vu pas mal de fois les problèmes d'argent et de travail des Scavo. Je me demande combien de temps au maximum, ils ont réussi à se fixer dans un job. L'époque de la pizzeria était beaucoup plus sympathique puisque ça les réunissait et que ça devenait un lieu d'interaction entre pas mal de personnages qui ne font plus que se croiser. Tandis que nous ne voyons rarement Tom au travail avec Carlos, ce qui n'apporte strictement rien à la série. C'est pas non plus comme si on voyait Tom & Carlos trainer ensemble. Une storyline qui finit en eau de boudin : Lynette a une fois de plus, raison. Tom s'écrase malgré quelques signes d'agacement. Rien ne bouge réellement. Je ne peux officiellement plus supporter Gabrielle & Renee. L'idée de lier ces deux personnages est néanmoins une bonne idée puisqu'elle ne servent toutes les deux plus à grand-chose. Cela leur évite de pourrir les intrigues des autres, qui n'en ont vraiment pas besoin. Il s'agit ici de savoir quelle attitude adopter quand quelqu'un que nous connaissions sans connaitre meurt (ici Beth.) On ose nous livrer un personnage qui s'en contre-fout et va jusqu'à maintenir une fête de quartier. Ok, c'es bien, j'aime bien le politiquement incorrect. Sauf que c'est tout sauf assumé. Evidemment. C'est devenu une habitude dans Desperate Housewives depuis quelques années. On nous trouve une excuse pour pouvoir quand même dire ''cette fille est bien, elle est juste en souffrance''. Pouf, ça tombe de nulle part comme ça. J'ai trouvé que c'était complétement nul. Et puis voilà.

gufo_gi_fg


Conclusion : J'ai envie de remercier Susan Mayer de ne pas couler complétement la série, et de nous offrir un épisode qui passe presque pour un chef d'oeuvre dans cette saison plus que moyenne.